Avec vous pour la fête de l'Annonciation !

Publié le par Danièle Valès

Chers amis,

 

Ce soir, la cloche de la Roche d’Or sonnera longuement à l’unisson de toutes celles des églises de France. Ce soir, nous mettrons à nos fenêtres des lampions et allumerons des torches sur les terrasses. La cloche (Marie-Antoinette, c’est son nom) sonnera longuement comme dans la nuit de Pâques. Les lampions brûleront longuement comme dans la nuit du 8 décembre. En cette fête de l’Annonciation, nous chargerons nos petites lumières et les notes de notre cloche de cette parole que, pour un temps, nous ne pouvons plus proclamer : « Confiance, Je suis avec vous tous les jours… ».

Comme vous, nous sommes visités tous les soirs par cette vague dramatique des bilans de la pandémie. Les nouvelles et les images qui nous parviennent dévoilent simultanément des trésors d’humanité aimante et généreuse, et des abîmes d’inconsciences et d’égoïsme. Au cœur de tout cela, nous avons la grâce de pouvoir célébrer l’Eucharistie, tous les jours à 8h30, en votre nom à tous. Certes, nous ne pouvons pas faire comme ce curé italien qui a mis la photo de ses paroissiens sur les chaises de l’église où il célèbre seul la messe. Pourtant, pas une eucharistie que nous ne vivions sans la conscience qu’elle va bien au-delà de nos murs et de nos maisons.

Il y a quelques jours un témoignage dans la presse nous a fortement rejoints : Des membres du personnel hospitalier témoignent de la violence du Covid-19 et de la difficulté de la situation. Une infirmière raconte qu'elle a hospitalisé un homme de 48 ans : « Je l'ai passé en coma artificiel et sous respirateur. Ce monsieur pleurait avant de fermer les yeux. Pas parce qu’il avait peur mais parce qu’il était seul. Interdiction pour sa femme et ses 6 enfants de venir le voir. Il m’a dit : " C’est donc ça ma mort. Seul à l’hôpital, sans mes enfants autour de moi et trois personnes à mon enterrement." Je lui ai promis de tout faire pour qu’il ouvre les yeux de nouveau. Il est décédé ce soir à 19h50 ».

Un cri au milieu de combien d’autres. A deux pas de chez nous une infirmière du CHU de Besançon conclut son appel à la responsabilité de chacun par ces mots : « …ceux qui meurent le font seul. La dernière vision qu’ils ont avant d’être endormis sans savoir s’ils se réveilleront un jour, c’est nous habillés en cosmonautes ».

Un rugissement de protestation s’élève dans nos cœurs. Comme Olivier et beaucoup d’entre vous, j’ai repris le livre de Florin Callerand Regarde donc tout avec moi : Le drame du monde. L’introduction de Françoise Porte, au lendemain du 11 septembre 2001 résonne d’une brûlante actualité : « Dieu est mis au banc des accusés: Pourquoi permet-Il tout cela? C'est la question éternelle qui est posée. Est-Il coupable? Le monde entier se pose des questions de toutes sortes qui ne lui venaient même pas à l'esprit jusqu'ici et c'est tant mieux, mais où sont les réponses ? Il n'y a pas, bien entendu, de réponses toutes faites face à un pareil drame mais le silence aussi serait incongru ou énigmatique » C’est pour ne pas nous taire que nous vous proposons ce texte de Florin écrit en 1994 au lendemain du naufrage du ferry-boat Estonia dans la Baltique qui avait entraîné la mort de 800 passagers.

La Semaine Sainte qui s'approche sera vraiment une célébration sur et avec le monde. Nous la vivrons avec vous et vous retrouverons sur ce blog pour les Rameaux (pour être informé à chaque publication nouvelle dans le blog, pensez à renseigner votre adresse mail dans la rubrique "Newsletter")

Danièle Valès

La cloche de la Roche d'Or a résonné ce mercredi 25 mars à 19h30, à l'unisson des cloches du monde entier suite à l'appel du Pape... à la lueur des lampions !

Publié dans Au fil des jours...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :