Que fait Dieu quand l’homme pleure ?

Publié le par Danièle Valès

La Semaine Pascale s’est achevée dans le même silence et le même festoiement des jardins que la Semaine Sainte. L’Alléluia Pascal continue de résonner aux quatre coins du parc dans les mille chants d’oiseaux qui s’en donnent à cœur joie, frémissante chorale répondant aux chants de notre petite communauté.

 

On dirait parfois que le temps s’est arrêté ! Mais les téléphones des proches, des retraitants, des familles, atteints et endeuillés, nous gardent sur la brèche du terrible combat qui se joue sans répit. Les informations du soir et leur litanie de victimes ne montrent plus le drame du monde qu’à la lumière de la pandémie. La peur, l’angoisse, la colère, la détresse, l’indignation se laissent voir sur de multiples visages : ils sont largement au rendez-vous des caméras et des réseaux sociaux. Mais, curieusement, les larmes, les chagrins, semblent fuir ces caméras ; à moins que ce ne soit les caméras qui les fuient ?

 

De même que le silence nous a surpris aux premiers jours du confinement, cette étrange absence s’est soudain faite présence. Derrière le compteur des décès et des malades en réanimation qui s’affiche chaque soir sur nos écrans, combien d’hommes, de femmes, d’enfants en larmes, combien de chagrins dans les solitudes du confinement ? C’est cette invisible et incessante rumeur des larmes des hommes de ces temps qui frappe à notre porte et nous invite à regarder en face la question qu’elle pose : Que fait Dieu quand l’homme pleure ?

 

Pour vous, nous continuons de puiser dans les trésors de notre héritage, étonnés de recueillir des textes qu’on aurait cru écrits pour ces jours, tel ce commentaire de Florin Callerand que nous vous proposons aujourd’hui.

« Le prophète pleure parce qu’il est incapable d’indiquer deux chemins, il n’en connaît,  il n’en montre qu’un, et celui-là est loin de plaire à tout le monde… ». C’est avec ces lignes de Françoise Porte dans son introduction à Un pauvre appelle Dieu répond, et plus particulièrement au commentaire de la béatitude de « ceux qui pleurent », que nous vous offrons ce texte…

 

Danièle Valès

 

Chants d'oiseaux et vif écureuil dans le bois de la Roche d'Or

Eclats de vie depuis les Fontanilles
Eclats de vie depuis les Fontanilles
Eclats de vie depuis les Fontanilles
Eclats de vie depuis les Fontanilles
Eclats de vie depuis les Fontanilles
Eclats de vie depuis les Fontanilles
Eclats de vie depuis les Fontanilles
Eclats de vie depuis les Fontanilles

Eclats de vie depuis les Fontanilles