"Laissons l’Esprit Saint faire son travail"

Publié le par Danièle Valès

"Quand on est dans un tunnel, on n’y voit rien, mais c’est absurde de vouloir pour autant que le paysage à la sortie du tunnel soit le même qu’à l’entrée. Laissons l’Esprit Saint faire son travail." Cette parole de Christian de Chergé prend un sens particulier en cette Pentecôte qui raisonne des multiples annonces et consignes relatives au déconfinement. Oui « Laissons l’Esprit Saint faire son travail » pour ces temps nouveaux qui s’ouvrent, sans vouloir retrouver le paysage que nous avons quitté il y a trois mois.

Olivier prépare un courrier, une newsletter, que nous enverrons à tous les retraitants. Nous savons déjà que nous ouvrirons en juillet et que notre capacité d’accueil sera de 50 personnes à la Roche d’Or et 40 aux Fontanilles, compte-tenu des contraintes sanitaires. Par ailleurs nous achevons une refonte complète du calendrier du deuxième semestre 2020 qui prend en compte un ensemble de situations nouvelles. Notre premier ministre a beau dire que « La liberté va devenir la règle et l’interdiction l’exception », la nouvelle manière de vous accueillir devra intégrer beaucoup de contraintes, à nous d’en faire un espace offert à l’Esprit !

Dans le parc, les cerisiers croulent sous les cerises et les groseilles, qui commencent à rougir, ne sont pas en reste. Entre deux cueillettes nous promenons bancs et chaises pour inventer de nouveaux espaces à la chapelle, à la salle de conférence, à la salle à manger… Nous préparons la maison pour vous accueillir bientôt !

Ces mois qui viennent de s’écouler ont été pour beaucoup un temps d’écoute à l’intime. « Y a-t-il en nous un désir qui ne meure pas ? Y a-t-il une soif qui, tout en étant apaisée, puisse durer encore ? Y a-t-il en nous un désir assez fort pour ne pas, un jour ou l'autre, connaître l'effondrement dans le rien ? Quelle est la force qui nous a mus et quelle est la force qui nous tiendra quand nous ne pourrons plus nous tenir ? »  Le questionnement de Roger frappe à la porte de cet intime. Extrait de la célébration de Pentecôte le 27 mai 2012, le texte que nous vous offrons aujourd’hui paraît écrit pour ces jours, comme tous ceux que nous avons puisés pour vous dans nos trésors communautaires.

 

Danièle Valès

 

"Nous promenons bancs et chaises pour inventer de nouveaux espaces !""Nous promenons bancs et chaises pour inventer de nouveaux espaces !""Nous promenons bancs et chaises pour inventer de nouveaux espaces !"

"Nous promenons bancs et chaises pour inventer de nouveaux espaces !"

Publié dans Au fil des jours...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :