Choisir de dire le bien...

Publié le par P. Roger Robert

Les souhaits que nous nous adressons pour la nouvelle année disent le désir que l'on a de rendre l'autre heureux. Quand on dit des paroles bonnes, on fait venir au-dehors de soi la bonté et c'est une force pour aller de l'avant ! Dieu parle aussi, et de Lui ne sortent que des paroles bonnes, des paroles qui impriment à la vie un encouragement. C'est ce qu'on appelle "la bénédiction" : "dire le bien". C'est une grande responsabilité car si on ne dit pas assez le bien, il ne surgit pas.

Et quand nous disons le mal, ça s'appelle "médire" ou "maudire". Présenter les choses d'une manière fausse ou mauvaise, la calomnie, la médisance, ce sont des crimes, parce qu'on enlève à quelqu'un le bonheur d'exister, l'élan pour exister. Chaque être humain, quoiqu'il ait fait, a besoin qu'on lui restitue son honneur, c'est-à-dire cette bonté de soi dans laquelle on trouve les forces pour s'exprimer, pour construire, pour encourager. Nous sommes responsables de cet encouragement.

Quand j'entends à la radio ou à la télévision tous les dénigrements, toutes les accusations, tous les doutes, les méfiances, cela fait apparaître un climat qui décourage. Sur nos lèvres, souvent, passent des paroles négatives, des paroles qui enferment les gens. Parfois nous avons tendance à voir ce qui ne va pas et à le dire ou à le souligner exagérément. Bien sûr qu'il faut aussi dénoncer le mal... mais c'est pour faire apparaître le bien. Ceux qui dénoncent les injustices font le bien mais quant à nous, regardons bien si nous choisissons de dire le bien...

Dire le bien c'est faire apparaître le sourire, c'est faire apparaître la reconnaissance, c'est vraiment un encouragement à exister. Tout au long de l'histoire, Dieu ne fait que bénir. Je vous souhaite d'entrer dans cette décision, ce choix de dire le bien. Plus j'avance dans ma vie, plus je vois l'importance de cette décision que nous pouvons prendre, à l'intime de nous.

Nous savons que notre Dieu gagne, et qu'il gagnera, parce qu'il dit toujours le bien, il dit le bien d'abord. Dans l'Apocalypse, saint Jean a une image : il nous montre quatre chevaux qui désignent les événements de l'histoire et celui qui part en avant, c'est le cheval blanc. Celui qu'il porte, le cavalier blanc, a un arc... sans flèches. Il est Celui qui porte la bénédiction, le "dire de bien". Il est suivi par le cheval rouge, la guerre ; par le cheval noir, les injustices économiques ; par le cheval jaunâtre, la peste. La question posée, c'est : "Croyons-nous que le bien va gagner ?" Dans certaines situations de nos vies, il y a au fond de nous comme une angoisse, et nous nous demandons : "Est-ce que le mal, la maladie, les malheurs vont prendre le dessus ?" Nous nous demandons qui va gagner. Dans sa vision, saint Jean dit : "C'est le cavalier blanc". Et les autres chevaux n'arriveront pas à le rattraper, parce que Dieu part en guerre en bénissant.

Puissions-nous dans notre vie choisir de dire le bien, de nous investir, de nous recouvrir d'une bonté du regard pour que chacun soit encouragé à aller de l'avant, en faisant apparaître la bonté et  la beauté le plus possible. Il s'agit de voir bon, de voir bien et de le vouloir. Quand des êtres sont pris dans des situations désespérées, pour lesquelles il semble que nous n'ayons pas les moyens de réagir ou d'agir, il y a la bénédiction qui se change aussi en pardon. Au lieu de vouloir enfermer quelqu'un dans le mal qu'il a fait, nous avons - à cause de Dieu qui le fait en nous, c'est impossible autrement – la capacité de donner déjà, au-dedans de soi, toute l'étendue d'un accueil : "Ton avenir est ouvert en moi." Quand il y a des situations ou des personnes qui paraissent inatteignables, nous pouvons les rejoindre intérieurement avec Dieu qui dit toujours du bien de chacun.

Que déjà, au-dedans de nous, il y ait cet espace où il est dit : "L'avenir est ouvert". C'est ce qu'écrivait Christian de Chergé en parlant de celui qui peut-être le ferait mourir un jour : "Je te reverrais mon frère."

 

Roger Robert,
le 31 décembre 2010

"Les ténèbres sont en train de disparaître", CD Tissage d'or 6 (Communauté de la Roche d'or)