La nuit de Dieu...

Publié le par P. Olivier Sournia

Chers amis,

« La voici, la nuit de Dieu, d’où le jour va naître comme un feu »… Ceux parmi vous qui ont déjà participé à nos liturgies de Noël, reconnaissent ici les mots d’un chant qui ouvre notre célébration nocturne. Oui, la voici enfin, cette nuit tant attendue… mais pour la première fois, c’est sans vous que nous la célébrons. Nous nous rassemblons au cœur de nos grottes, dans chacune de nos maisons, et cette fête d’un « Noël confiné » se revêt d’une signification plus intime : seulement quelques-uns autour de la crèche. Peut-être pour mieux signifier que Jésus naît pour chacun.

Le monde entier est dans la nuit, celle de l’épreuve et de l’inquiétude, et la naissance de Jésus, comme il y a 2000 ans, semblerait n’y rien changer. Seuls quelques bergers, ces exclus de l’époque, se trouvent enveloppés de la clarté du Ciel, alors que le monde suit son cours : oppression de la puissance romaine, misère sociale, espoirs désabusés… autant de raisons de renoncer à attendre le jour. Et pourtant Dieu vient, non pas comme un empereur entrant triomphalement dans sa ville conquise, mais comme un bébé remis à une femme et un homme. Alors que des rêves de puissance peuvent nous séduire, comme la solution illusoire à tant de problèmes, Dieu nous offre le spectacle de sa vulnérabilité et de sa magnifique pauvreté. « Un signe vous est donné, disent les anges aux bergers, un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire » : prédication inaugurale et déjà sommitale d’un Dieu « qui n’est pas le Tout-puissant qu’on croit », comme le disait Florin.

Oui, « Dieu est né bébé » : c’est le titre de la parole que nous voulons partager avec vous en cette fête de Noël, qui est la transcription d’une prédication de Roger la nuit de Noël 2017. Magnifique et intense regard, livré par Roger, qui nous fait entrer dans la douce lumière de la grotte de Bethléem, plus forte que la nuit de ce monde.
 

A chacune et chacun, de notre part à tous, très beau et joyeux Noël !

Olivier Sournia
le 25 Décembre 2020

 

Dieu est né bébé !

Cet après-midi, en me préparant à cette veillée de Noël, montaient en moi deux paroles : la première ne va pas avec Noël, apparemment. C’est un jour où Jésus parle dans la cour du Temple de Jérusalem. On envoie des soldats pour l’arrêter. Les gens sont autour de lui, assez serrés, et les soldats sont obligés de faire leur chemin. Mais, en faisant leur chemin ils l’entendent, ils l’écoutent, et quand ils reviennent rendre compte de leur mission aux docteurs de la Loi qui leur disent : "Vous ne l’avez pas amené ?", ces hommes répondent : "Jamais, homme n’a parlé comme cet homme."   [lire la suite…]

 

La nuit de Dieu...
La nuit de Dieu...
La nuit de Dieu...
La nuit de Dieu...
La nuit de Dieu...
La nuit de Dieu...
La nuit de Dieu...
La nuit de Dieu...
La nuit de Dieu...
La nuit de Dieu...
La nuit de Dieu...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :